Rechercher
  • Komin

COVID 19 / Les managers : soldats et héros malgré eux des entreprises en guerre 👏💪

La période de confinement permettra à certains d'entre nous d'arborer un nouveau badge : naviguer en zone grise/en eaux troubles/à vue...Appelez-le comme vous voudrez mais vous comprenez le principe : c'est la m****, mais il faut autant que possible participer à l'effort de guerre au sein de l'entreprise, sans aucune visibilité et en gardant le sourire 😷🤔. Comme l'Etat, les entreprises sont elles aussi en guerre contre le COVID 19, et le terme de "war room" n'a jamais été aussi à propos dans une entreprise. Cette fois il ne s'agit pas de fusion/acquisition/cession, juste de survie.


Depuis près de 4 semaines, les populations en entreprise les plus durement impactées par cette crise sont les extrêmes: d'un côté les employés faisant face à la réduction d'activité (et donc au chômage partiel ou au licenciement), de l'autre la tête de l'entreprise, les dirigeants, ayant des décisions extrêmement difficiles à prendre face à cette crise sans précédent. En temps de crise, une mission fondamentale de l'entreprise est de préserver ses forces vives, ses équipes. Sans minimiser l'impact, évident, sur les Employés et Direction des entreprises, il semble que la strate intermédiaire, le maillon essentiel de l'attention portée aux équipes est presque oubliée : les managers !


L'objet n'est pas de polémiquer sur qui sont les VRAIS HEROS de cette crise sanitaire, ceux qui sauvent des vies et/ou qui mettent la leur en péril bien entendu, avec le personnel de santé en 1ère ligne. L'objet est ne pas sous-estimer, dans cette guerre économique, le grand écart imposé aux Managers en cette période de confinement. Voici quelques uns des défis qu'ils ont à relever et qui méritent un BRAVO.


Le manager doit orienter, guider, alors que LUI NON PLUS n'a aucune visibilité

C'est l'effet domino de la situation actuelle. Si les dirigeants d'entreprises n'ont aucune visibilité sur l'horizon de la reprise de l'activité, les managers n'en ont à priori pas non plus. Pourtant, la posture de manager suppose de guider les équipes et de répondre à leurs interrogations. Ces jours-ci les questions sont nombreuses alors que les certitudes sont aux abonnés absents. Si jamais la direction n'est pas encore claire, les managers doivent rassurer leurs équipes alors qu'ils sont eux-mêmes dans le flou le plus total. Ne pas laisser la panique gagner du terrain, faire émerger des initiatives de la part des équipes pour les garder "dans l'action"... autant de sujets qu'il incombera aux managers d'assurer pendant cette période inédite.


Le manager n'a pas de "CAP Télétravail", mais il doit montrer l'exemple (comme toujours)

Le confinement imposant le télétravail, la règle est la même pour tous : collaborateurs, managers et dirigeants. Nous ne sommes pas tous égaux devant le télétravail aujourd'hui, car certaines organisations n'ont pas attendu le COVID 19 pour le pratiquer. Le manager d'une équipe qui est au "degré 0 du télétravail", pour s'assurer que le lien social ne soit pas rompu et pour que chacun puisse "continuer à produire", doit mettre en pratique en un temps record des outils (Zoom/Skype/hangout, google sheets/drive/slides, Slack...). Avant qu'il ne le fasse adopter par les équipes, encore faut-il qu'il l'adopte lui-même. "Mais c'est bon, il va gérer" veut-on penser, optimistes que nous sommes.


Le manager peut-être père/mère de famille, et donc cumuler son job et celui d'éducateur/trice du centre de loisirs qu'est devenu son appartement

Comme si les défis précédents ne suffisaient pas, le manager doit gérer un autre paramètre : sa vie de famille, qui se télescope avec sa vie professionnelle depuis les quasi 4 semaines qu'il passe dans son appartement (ou dans sa 🏠 pour les plus chanceux). Le leadership du manager a pu s'être affirmé depuis les premières semaines du confinement, mais sa vie de famille est en pleine souffrance. L'organisation personnelle est plus compliquée, on fait une "repriorisation quotidienne des priorités" de chacun au sein du couple pour organiser le roulement de qui va gérer les enfants pour les deux 1/2 journées. Encore un défi de taille pour les managers qui ont la chance d'être d'heureux parents.


Entre 2 tâches opérationnelles, il doit rebrancher son cerveau de manager et donc veiller à :


Prendre régulièrement la température des équipes : c'est moins évident qu'autour d'une bière ou d'un expresso sur la terrasse ou en salle visio, mais il est crucial de prendre le pouls de son équipe. Le risque : avoir de mauvaises surprises avec une nouvelle tournée de chaises musicales dès la reprise de l'activité (non, le confinement n'interdit pas de postuler dans d'autres boites, et le comportement des managers pourra être un très bon facteur de départ ou de rétention des collaborateurs).

Proposer son aide : Dans cette période, les managers se demandent surtout comment ils pourraient s'aider eux-mêmes, mais le "comment est-ce que je peux t'aider" est la base de la posture du manager. Il faut continuer de l'appliquer, au risque de ne plus voir son manager comme un coach, mais seulement comme un boss à qui l'on rend des comptes (cf. risque du dessus).

Prioriser et proposer des projets : formalisation des savoir-faire et/ou best practices de l'équipe au sein d'un wiki, création d'un programme d'onboarding/offboarding pour faciliter les arrivées/départs et la formation au sein de l'équipe (présentation de la team en vidéo, etc) - avec komin.io par exemple 😍-... Là encore, la base du métier du manager, c'est d'aider le collaborateur à ce qu'il priorise son effort sur des tâches qui ont le plus de valeur ajoutée à un moment donné.


La liste est longue. Bien sûr, le rôle de la Direction et les conséquences de cette crise sur les collaborateurs ne doivent surtout pas être minimisés. En tant que dirigeant, il est crucial de valoriser les managers pendant cette période, ces héros dont l'impact sur les équipes contribuera directement à aider l'entreprise à traverser cette crise, ou à se relever après le chaos. En tant que collaborateur, il faut avoir à l'esprit que le manager est lui/elle aussi dans le flou le plus complet, qu'il n'est pas (forcément) dans une situation beaucoup plus privilégiée.


C'est dans les tempêtes qu'on reconnait la valeur des Hommes. Optimistes que nous sommes🌟,autorisons nous à imaginer que cette crise permettra d'identifier une nouvelle génération de "HIGH POTENTIALS" au sein des entreprises, non plus uniquement les managers les plus bardés de diplômes mais aussi ceux qui auront réussi à tenir le cap dans la tempête.

Nous félicitons les managers qui essayent, et réussissent le plus souvent, à changer leurs méthodes de travail/management en réponse à cette situation exceptionnelle ! Comme indiqué dans nos posts précédents, nous proposons de vous aider dans votre réflexion, gratuitement, si vous décidez de lancer un projet d'offboarding/onboarding, ou de formalisation de vos connaissances. A votre dispo !


Et vous, avez-vous une ou deux bonnes pratiques de managers ?

Tel: 06 64 20 69 30

143b av JB Clément
92100 Boulogne Billancourt

  • Twitter Komin
  • LinkedIn Komin